Maiden Flights planeurs

Par une journée chargée de nuages en cette mi Avril voici quelques prises de vue de la mise en vol de deux grandes plumes.

www.youtube.com/watch

Publicités

Construction de l’Akhénaton : épilogue

Pour reprendre l’historique des premières étapes de la construction depuis le 19 décembre 2016 voici la liste des articles qui le décrive : Construction de l’Akhénaton

Ouf … le dernier billet du blog à propos de ce modèle remonte à Janvier; il s’est donc passé 6 mois sans rien faire ??? presque sur ce planeur. La construction a repris au mois de mai pour se terminer en urgence le 11 juillet à 3h du matin, veille du départ pour notre séjour annuel au Cap des Pierres Pouquelées, dans le cotentin, et pour lequel ce planeur avait été acquis initialement. Je surprendrai peu de modélistes en disant qu’on finit toujours un peu en mode urgence … en tout cas une majorité dont je fais partie :-).

Où en étions nous en début d’année, deux photos pour donner une idée : ailes et stab plus dérive finis, fuselage en version « caisse ».

Il restait donc un travail de ponçage important, le montage des commandes, l’entoilage, règlage.

En fait le ponçage du fuselage me faisait reculer, une partie importante de mise en valeur du planeur à la fin pour obtenir une belle ligne. Je vous montre donc les photos de cette étape qui s’est déroulée en plusieurs moments, à partir du mois de mai : il faut être en extérieur et prendre soin que la poussière de balsa soit évacuée, il y en a pas mal !!

 

Comme pour les étapes de ponçage précédentes il faut prendre son temps et enlever juste ce qu’il faut à chaque fois. La difficulté ici repose sur la symétrie à obtenir, et donc tracer des points de repères au stylo aide bien.

L’objectif est d’avoir une forme de fuselage épurée, fine et très en pointe. Il ne faut pas hésiter à entamer les bords du fuselage, il y a une baguette de 10 mm sur chaque angle cela laisse de la place pour bien marquer les arrondis. Voici ce qu’il faut tendre à obtenir selon moi.

Après cette étape vient celle de l’entoilage. Je ne l’ai pas détaillé en photos faute de temps, puisque celui ci a été posé dans les jours qui ont précédés la mise en vol, en mode « faut que je me grouille !! ». Mais le résultat me satisfait, avec un bémol. Compte tenu de la forme du fuselage je conseille de poser une bande d’entoilage sur le dessus et le dessous du fuselage comme pour un bon trainer bien carré. En fait je pensais pouvoir développer la surface en traitant les deux moitiés verticalement … erreur cela fait des plis. J’ai une une face, la première pas terrible, et la seconde bien mieux. Je ne vous présente que le beau coté 🙂 . Les ailes, dérive et profondeur sont entoilées à l’oralight pour mettre en valeur les découpes par transparence et le blanc nacré est de l’oracover. Même blanc utilisé sur le fuselage.

(Mise à jour) Voici le détail des attaches d’ailes sur le fuselage. Pour les premiers vols un sumple scotch a suffi à les tenir en place, j’envisage soit de poser 2 crochets retenus par un élastique dans le fuselage en perçant celui-ci sur le flancs, soit la pose d’aimants de chaque coté sur l’aile et le flanc.

Voici le planeur dans son décor lors du premier vol. La vidéo de maiden flight avec quelques règlages est en cours de réalisation.

Akhenaton 0298 220717

Quelques détails :

Le CG initial est celui recommandé à savoir 85 mm du BA, je l’ai ensuite légèrement reculé en fonction des préférences individuelles, la valeur initiale est OK.

Le poids final, entoilé, équipé  est de 1032 g. Néanmoins le centrage a requis prés de 150 g en plus de la batterie de réception soit un poids total de 1232 g, il faut donc veiller à être le plus léger possible à l’arrière mais sans fragiliser la dérive. Le poids final en vol est tout à fait correct et les qualités de vol n’en sont pas affectées.

Bonne construction.

Les vidéos du CAP

Le « CAP » est une période annuelle au cours de laquelle quelques membres de notre club vont faire du vol de pente. A l’occasion du 14 juillet, et du pont selon les années favorable aux congés, durant quelques jours, environ 5 ou 6 en moyenne,  nous allons  sur un cap pour profiter d’un air porteur et de quelques bonnes rigolades.

Les premières années cela se passait au cap blanc nez, à coté de Calais, mais la réserve naturelle qui y a été instaurée à compliqué les possibilités. Depuis 2008 c’est aux cap des Pierres Pouquelées dans le Cotentin que se passent ces moments. Nous en profitons pour faire du camping avec un confort sans prétention mais qui nous convient parfaitement.

Surnommé le « tintin » au sein du groupe je prends photos et vidéos de ces moments que je tente avec mes moyens et mes goûts de mettre en image. Je privilégie les moments de convivialité et de franche rigolade et aussi les vols de nos planeurs, que ce soient de simples ailes en polystyrène lors de combats épiques ou bien des grandes plumes au vol plus harmonieux.

Voici un florilège de ces vacances entre amis depuis 2005 date de ma première participation, je n’étais pas présent les années 2009 et 2012. Vous verrez que la qualité tend à s’améliorer en terme de support les premières vidéos étaient réalisées avec une caméra Sony filmant en 720×576 au format AVI puis je suis passé à un modèle en HD 1080.

CAP 2005

CAP 2007

CAP 2008

CAP 2010

CAP 2011

CAP 2012

CAP 2013

CAP 2014

CAP 2015

CAP 2016

 

Construction de l’Akhénaton 28 décembre 2016

Les premières étapes de la construction depuis le 19 décembre  :

Ligne droite finale pour les ailes : ponçage du second saumon, et du premier aileron.
Les ailes ont une forme trés elliptique et donc il faut s’appliquer à donner au saumon une forme qui ne casse pas cette silhouette et ce sera pareil pour les ailerons. Sans doute une des étapes les plus difficiles de cette construction je pense car c’est un travail minutieux. Mais c’est une bonne expérience pour d’autres maquettes à construire ensuite je pense.

Voici ce que cela donne en images donc. Sur la vue intérieur de l’aile il faut penser à poser une baguette de 1,5 mm pour fermer le bord de fuite qui servira à accueillir la charnière de l’aileron.

Après avoir suivi les mêmes étapes que pour le premier les deux saumons sont quasi identiques (il y a toujours de petites différences, les atténuer au maximum bien sur). Les deux ailerons sont prêts à subir le ponçage.

La première étape pour les ailerons consiste à prendre les mesures de la forme à donner. En hachuré ce qui doit être éiminer, je l’ai fait sur les deux extrimités avant et arrière de l’aileron, en position sur l’aile auquel il sera fixé. Ensuite rabot, rabot, rabot … puis poncette, poncette, poncette …

Avec de la patience, compter 45 mn pour arriver à ce résultat (je suis lent ??), voici l’ensemble.

Le profil de l’aileron est nettement plus avantageux qu’à l’origine pour voler

akhenaton-0111-291216

La vue une fois remise en place l’aile sur le fuselage.

Construction de l’Akhénaton 27 décembre 2016

Les premières étapes de la construction depuis le 19 décembre  :

Séance de ponçage avec le premier saumon à mettre en forme. Je suis toujours hésitant à faire cette activité de peur de me louper bien sur.
Mais encore une fois il faut y aller doucement, évaluer chaque geste du rabot puis de la poncette.
Au final un résultat ma foi bien sous tous rapports !!

Le point de départ un saumon de 10 mm d’épaisseur, 2 planchettes de 5 mm contre collées. Je vais copieusement le dégrossir mais prudemment toujours avec le rabot.

Ensuite travail à la poncette, gros grain puis moyen et fin à la main. Voici ce que j’obtiens au bout de 25mn d’effort sur les deux faces.

Au final le saumon est bien effilé, dans l’axe de l’aile, c’était mon inquiétude de le faire de travers soit montant soit descendant.

Construction de l’Akhénaton 23 et 26 décembre 2016

Suite des épisodes (1) (2) et (3) précédents.

Sur les conseils de Franck qui m’a fait la remarque sur le forum de modelisme.com, j’ai préparé le coffrage d’extrados en faisant un collage avec une enture et non bord à bord comme sur la première demi aile. J’espère que cela n’aura pas d’incidence sur la première en rigidité …

Ensuite ponçage du faux bord d’attaque, merci la poncette de Silence Model très efficace pour cette tâche ! Et on pose les ames de renfort entre chaque nervure devant et derrière sauf entre sur les deux derniers intervalles, les longerons se touchant et étant collés … pas besoin d’alourdir inutilement.

Fin du travail sur la seconde demi aile : collage du bord de fuite, du coffrage d’intrados et du bord d’attaque.

Préparation de l’aile avant collage du bord d’attaque par un ponçage du coffrage aligné sur le faux bord d’attaque. Une fois le bord d’attaque sec je ne résiste pas à une première mise en croix, mais il y a des pions d’incidence avec des trous déjà faits dans le fuselage donc pas de prise de tête, pour voir l’allure générale de l’Akhénaton.

Fin du collage des coffrages sur la seconde demi ailes et des chapeaux de nervures et préparation pour le ponçage des BA et BF.

Préparation des outils pour le ponçage : rabots, poncette à gros grain, poncette plus fine. Il faut d’abord enlever le plus gros au rabot, des copeaux des copeaux … Il faut bien dégrossir avec le rabot, inutile de vouloir tout faire en ponçant cela fait une poussière d’enfer à éviter … donc usage au maximum du rabot.

Après avoir dégrossit au rabot usage de la poncette SilenceModel à gros grain pour finaliser la mise en forme. Ensuite les bords de fuite, même topo : d’abord le rabot

Puis le ponçage. Le résultat est satisfaisant. La règle d’or est de ne pas se précipiter, enlever ce qu’il faut mais en plusieurs fois, et surtout ne pas vouloir faire mieux pour ne pas gâcher ce qui est déjà bien …

Et voila le résultat, deux demi ailes poncées, il restera à faire les saumons de la même façon. L’un est déjà collé d’ailleurs. Et je ne résiste pas à nouveau au plaisir d’une mise en croix, ça a un peu plus d’allure avec des ailes mises en forme.

Construction de l’Akhénaton 19 décembre 2016

Noël approche et les cadeaux tant attendus vont arriver…

Petit retour en arrière. J’avais écrit au père noël en décembre 2012 pour m’offrir le kit de Silence Model de l’Akhénaton dont le plan avec un article avait été publié dans le Modèle Mag N°728 de Mai 2012 .

J’avais assemblé les pièces principales du fuselage, scotchées pour juger de la bête … et puis plus rien !

Bref j’ai ressorti le magasine, le plan (qui s’était égaré et est réapparu au bout de 2 semaines de recherche « molle » : je suis un fervent défenseur de la théorie de la sérendipité, à savoir qu’on trouve ce qu’on ne cherche pas … par hasard en général !!). J’ai inventorié les pièces, sollicité Silence Model pour l’envoi d’un jeu de renforts en carbone qui ont été requis après quelques essais et discussions sur un forum. D’ailleurs je remercie SilenceModel pour leur réactivité, sur simple demande par mail j’ai reçu les renforts : bravo pour le service. Mais je ne suis pas le seul à apprécier je crois que Jérem-Aéro est aussi super content de SilenceModel.

Et voilà.

Pour débuter il faut un bon plan de travail, le plan est installé et recouvert de film alimentaire pour le protéger. Inventaire des pièces, les nervures sont numérotées, préparation des baguettes … on va pouvoir commencer ! Je suis plutôt un adepte de la colle blanche, je n’arrive pas à quelque de propre avec la cyano … donc choix d’une bonne colle. Préparation des longerons, pin et balsa contre collés, et enture pour prolonger le longeron sur la longueur. J’ai choisi de prolonger un longeron en pin et l’autre en balsa, compromis entre résistance et légèreté … on verra à l’usage.

Montage des nervures sur les longerons. J’ai opté pour un collage des deux longerons dans la même opération, je pose d’abord celui du bas, il faut pour cela prévoir d’insérer les nervures 4 à 8 puis on peut coller et positionner les nervures. Ensuite je pose le longeron supérieur, et je fait appui avec quelques poids. Pour maintenir le longeron inférieur en position j’ai positionné quelques cales sous les nervures. Et ensuite je pose le faux bord d’attaque en ayant appliqué un peu d’eau pour aider à la mise en forme durant le collage.

Ensuite finition de l’extrados de la première demie aile. Penser à passer un tire fil ou bien le câble de rallonge du servo d’aileron avant de mettre le coffrage avant. Tout d’abord collage des ames de renfort entre les nervures, toutes sauf entre les deux dernières (les longerons sont proches au point de se toucher et d’être collés). Puis ponçage des ames pour les aligner avec le longeron, et également ponçage du faux bord d’attaque afin de le mettre en forme dans le prolongement des nervures. Le coffrage épousera les deux dans le prolongement.

Enfin collage du coffrage. J’ai choisi de le faire en 3 morceaux, partie avant de l’emplanture à la cassure du longeron, puis de cette cassure au saumon, et la partie arrière proche de l’emplanture. Voici le résultat une fois les deux premiers panneaux collés et alignés.

Réparation du Psycho

Aprés un atterrissage bien brutal lors de la dernière journée planeur cet automne au club, je me suis décidé à soumettre à notre spécialiste de la résine le uselage du planeur. En une demie journée ils nous a transmis à Jordan et moi les bases d'une réparation efficace, je vous en partage les principes avec quelques images et vidéos.

Tout d'abord il faut constituer une équipe de choc, avec le Maitre, le jeune Padawan et l'apprenti reporter (moi-même).

Première étape débarrasser le planeur de tous ses composants internes et faire un bilan de la situation. Ici le fuselage a souffert en quelques points mais pas de fracture trop importante. Les fissures laissent un contact entre les parois et il n'y a pas eu de perte de matériau.

Cet examen est une bonne opportunité pour votre jeune padawan de découvrir le support sur lequel il va travailler et donc de faire quelques tests. Il faut utiliser si vous en avez des outils de dentiste, fraise, crochet, grattoir et autre objet de tortures connus de tous. L'objeçtif est de dégager les parois de la fracture, de les rendre plus nette sans enlever de matériau et de les mettre bord à bord pour ensuite les coller à la cyano.
Il faut jouer des pinces, ajuster, ne pas hésiter à écarter les bords pour mieux les recoller. A ce stade il faut que tout les éléments soient en place et collés avant de poncer pour préparer la suite. Voila en images cette préparation :

 

Maintenant que toutes les fractures sont réduites et collées à la cyano+accélérateur il faut préparer la surface pour poser les renforts de fibre et résine. Cela consiste a ponçer a la dremel avec un abrasif monté sur tambour. Il faut enlever l'épaisseur de la peinture, du mastique et du gelcoat pour atteindre la fibre.

 

 

 

 

 

Quadcopter HobbyKing X550

Voici la description de la réalisation de mon quadcopter.
La base est une frame X550 dispo ici HobbyKing X550 quadcopter.
Elle est pilotée par une carte HK KK v3.0.
J’ai installé pour l’instant le firmware 2.5 et je décrirai cela dans un autre billet pour comprendre comment je l’ai installé et les tests pour passer en 4.7.
La frame est très simple à assembler et je ne détaillerai pas cette étape qui est documentée avec le guide de Hobbyking en images.

J’ai trouvé une boite en plastique alimentaire au supermarché du coin avec un couvercle assez haut pour loger les composants électroniques.

En bas de la frame on voit la plaque de support haute, les colonnettes pour celle ci et la carte KK de controle du quad qui va être montée entre les colonettes du bas et du haut. Sur la droite les 4 sachets contiennent les bandes adhésives de diodes qui seront posées sur les bras de la frame.

Au fond du support est fixée la carte de distribution électronique de HobbyKing, qui dispose aussi d’une prise d’alimentation pour les diodes. Les fils de branchement des controleurs passent dans des trous du support réalisés sous la gorge de fixation du couvercle. J’ai recouvert d’une bande de gaine thermo collée à la colle chaude chaque contact qui mlaheureusement ne sont pas protégés par défaut. J’ai également passé les fils allant au récepteur de chaque ESC.

Les vis de fixation de support des cartes sont insérées sous la frame et sont vissées dans les colonnettes de support sur la carte de distribution électrique

Avant de fixer les controleurs et les câbles d’alimentation sur les barres je pose les diodes qui sont collées avec leur support double face (rouge à l’avant et vert à l’arriere).
Les fixations sont faites avec des colliers rislan : simple, rapide et modifiable selon les besoins.
Ici les 4 bras de la frame sont finis, tous les fils et contrôleurs sont sécurisés.
La carte de contrôle prend place entre les deux séries de colonnettes. Il faut faire attention de positionner la fleche de direction de la carte dans le sens de déplacement du quacopter : dans ce cas entre les bras avant pour un montage en X.

Les fils de servo des controleurs sont mis en place sur la carte, en bas à droite. Attention à l’ordre branchement, pour un montage en X avec le firmware 2.5 il faut brancher dans l’ordre de 1 à 4 le moteur en haut à gauche 1, puis tourner dans le sens des aiguilles, haut droite 2, bas droite 3 et bas gauche 4.

En gros plan on voit également les fils de connexion vers le récepteur sur la partie partie gauche de la carte, dans le sens suivant : Aileron, Profondeur, Gaz, Dérive.

On peut alors poser la plaque de support haute sur laquelle vient le récepteur fixé avec un velcro sur cette plaque.

Et on coiffe l’ensemble avec le couvercle en plastique transparent.

Voici le quadcopter ainsi terminé.

Voici le quadcopter en vol :

XCopter HobbyKing X550 & HK Board v3 from pierre milcent on Vimeo.

Et les premières prises de vue avec la GoPro embarquée.

 

(Rédigé et posté avec Blogsy sur iPad)