Test de portée vidéo

J’ai effectué un test de portée vidéo avec une antenne baton sur l’émetteur vidéo donc sur l’aile et une antenne cloverleaf sur les lunettes fatshark.

La distance obtenue est de 850m, il me faut faire un test de portée radio pour aller au delà carje pense être à la limite de mon 41Mhz.

J’ai l’intention de rallonger du double mon antenne pour augmenter la portée et aussi de remplacer l’antenne baton de l’émetteur vidéo par une overcleaf, une seconde antenne a été confectionnée et fonctionne, je dois tester sa portée.

En vidéo voici le test à 850m

 




Rédigé et posté avec Blogsy sur iPad

 

Publicités

Premier vol de la MaxiSwift

Après un premier vol de la maxiswift plusieurs problèmes se sont révélés. Impression de puissance insuffisante sur le moteur, centrage pas adapté, ailerons trop ‘mous’ en réaction.

Les conseils des amis du club, l’AMC77, m’ont permis de refaire un centrage en allégeant un peu le nez de 30g, je me retrouve ainsi avec une masse de 174g sur l’avant qui représente exactement le poids du support de caméra vidéo, de la GOPRO et de la caméra FPV.

J’ai par ailleurs refait les commandes des ailerons qui étaient en cap de 1,2mm et trop souple. J’ai mis du 2mm qui me donne une meilleure rigidité, je dois encore remonter un peu le point de connexion avec le guignol qui est trop bas sur l’aileron.

Enfin j’ai changé le rêglage du controleur qui était en démarrage soft, je l’ai passé en normal ce qui est bien meilleur pour le lancement et les reprises en vol.

La mise en vol se fait comme pour un F3K, par une extrémité d’aile en mettant les gaz à bonne puissance, puis on fait un quart de tour sur un pied pour mettre l’aile à plat et on la lache. Il ne faut pas chercher à la lancer sinon elle part en appui sur l’aile qu’on lache, la gauche si on lance de la main droite. Cela m’est arrivé une fois, sans dommage, et j’ai vite compris. La puissance du moteur et la portance suffisent à permettre une mise en vol. Cette aile vole parfaitement à faible vitesse.

Voici la vidéo du second vol réalisé après ces modifications.

 

 

 

Mise au point du FPV sur la MaxiSwift

Je me suis attaqué ce week end à la mise au point et l’installation de l’équipement FPV de mon aile.

J’ai donc bien examiné le cablage pour alimenter la caméra en 5V à partir de l’émetteur vidéo qui lui accepte du 12V en entrée. J’ai positionné celui-ci à l’extrémité d’une aile pour subir un minimum de parasitage provenant de l’électronique de l’aile, controleur, récepteur, OSD.

En image voici ce que cela donne :

Rédigé et posté avec Blogsy sur iPad

 

MaxiSwift : moteur, accus, caméra, commandes

Je me suis décidé ce week end à avancer la maxiswift, première étape la pose des commandes d’ailerons, des servos. Ceux ci sont enveloppés dans une gaine thermo et solidement collés au fond des logements avec de la colle chaude en bâton, cela est satisfaisant en résistance, à suivre au cours des premiers vols.

Les charnières d’ailerons sont faites avec le matériaux de construction, les ailerons sont solidaires des ailes, mais une fois recouverts de l’entoilage, la souplesse d’articulation n’est pas suffisante. je pense que je vais les séparer des ailes et réaliser une articulation en scotch armé ou bien avec des charnière à axe métallique. Voici une fois les commandes montées.

 

P1140163

Je me suis attelé ensuite à réaliser les emplacements des batteries lipo de propulsion et à attacher le support moteur ainsi que celui ci. Le moteur est un HobbyKing 3542 de 1000 kV, avec un contrôleur 60 Ampères, un 4à sera suffisant en 3S.

 

  P1140156  P1140157

 

Les évidements pour les batteries sont faits avec un U en corde à piano monté sur un fer à souder, en deux passage on réalise rapidement la trappe à la bonne taille. J’y ai collé au fond des bandes velcro pour tenir les batteries en cas de figure un peu acrobatique (vol dos notamment).

P1140158  P1140160

P1140162  P1140161

 

Et pour finir j’ai aussi positionné le servo d’orientaton latérale des caméras, qui leur aussi de support. La caméra de prise de vue est fixée sur le support de la GoPro qui elle permet des prises de vue en grand angle.

 

P1140165  P1140167

Entoilage de la MaxiSwift

 

Après pose de la décoration il faut protéger la surface, lui donner un aspect lisse et brillant, donner de la rigidité.

C’est le propre du revêtement qui est choisi ici : un film de lamination à chaud.

Cela se pose avec un fer à entoiler, comme pour un oracover ou solarfilm.

La différence est que ce film est transparent, moins rétractable à la chaleur, mais avec une bonne capacité de collage. Je n’ai pas appliqué de couche 3M90 sur la peinture, je l’avais posée avant celle ci.

Cela me semble satisfaisant, il faudra voir le vieillissement avec le temps.

 

Voici le résultat sur une demi aile entoilée.

 

P1130307

 

P1130308

 

P1130309

 

Le film donne une rigidité à laquelle je ne m’attendais pas, tant mieux. Cela permet une bonne tenue de l’aileron qui est assez large et compense la souplesse de l’EPP parfois.

La température de chauffe idéale  se situe entre 110 et 125° je pense.

J’ai réalisé la charnière de l’aileron, qui est déjà solidaire de l’aile puisque pas complètement découpé, avec le film à l’intrados et l’extrados.

Demain  seconde demi aile et les dérives.

Décoration de la MaxiSwift

 

Avant de finaliser l’installation des éléments de motorisation, contrôle et vidéo sur l’aile, je réalise la déco.

J’ai choisi un motif bien visible et distinguant l’intra de l’extrados.

Deux couleurs bien criantes vert et orange. Mais au moins cela devrait permettre de mieux la retrouver en cas de nécessité.

Peinture extrados d’abord avec application du orange sur les parties exposées

 

P1130285

 

Les bandes de scotch enlevées voici ce que cela donne :

 

P1130286

 

Ensuite même opération de protection avec du scotch et papier journal et application du vert :

 

P1130288

 

Et enfin on attaque l’intrados, non plus avec ce motif  mais avec de larges bandes alternées orange et verte.

Voici l’application du orange pour commencer, avec protection des zones non peintes.

 

P1130293

 

P1130295

 

En parallèle je réalise aussi la peinture des dérives.

Voici les dérives peintes à l’extrados et montées :

 

P1130298

 

P1130299

 

Le look est pas mal. J’avais prévenu ne pas être un artiste, c’est pas très créatif, mais j’espère bien visible en vol !!

L’intrados est en cours de séchage.

Résultat final :

 

P1130303

 

P1130306

Maxi Swift : montage des ailes et dérives amovibles

Voici la fixation des ailes et dérives amovibles terminée. On voit sur les photos ci dessous le principe des clés positionnée sur les ailes et les dérives qui viennent s’insérer dans les tubes du tronçon central pour les ailes, et des ailes pour les dérives.

La résistance en traction offerte par les aimants est très satisfaisante et doit permettre des vols en toute sécurité. Bien sur ce n’est pas une aile de vitesse comme la Zéphyr de Rite Wing.

P1130260

P1130262

Prochaine étape, la décoration, simple pour l’intrados (des rayures larges pour une bonne visibilité) et un peu plus fantaisie sur l’extrados, mais je ne suis pas artiste vraiment donc je ferai de mon mieux.

MaxiSwift : dérives amovibles et logement pour l’électronique

Comme pour les ailes j’ai fait le choix de rendre amovibles les dérives. Tant  qu’à rendre la MaxiSwift plus facilement transportable autant aller au bout du raisonnement et ces dérives sont bien encombrantes.

Par ailleurs j’aimerai tester des dérives du type de la Zephyr de Rite Wing, pour comparer les rendements dans les deux configurations.

J’ai mis en œuvre de type de dérive sur une aile EPP pour la pente (Combaz EPP 2011), et j’en ai un très bon retour d’expérience lors de vols aux Pierres Pouquelées mi Juillet par 65km/h.

De plus j’ai monté un Wasabi avec ce système d’aimants (provenant de Supermagnete), et dans les mêmes conditions de vol les ailes ne bougent pas (aimants 12×6 3,9kg).

 

Pour les dérives j’utilise des aimants 10×5 à 2,6kg, un à l’avant et un à l’arrière et deux petits aimants sur la partie centrale.

Même technique que pour les ailes : pose d’un tube de 5cm de long à l’avant et l’arrière au saumon de l’aile. Collage d’un tube/longeron dans la dérive au droit de la position du tube.

Puis collage des aimants dans le saumon et repérage de la positon avec de la gouache de couleur.

P1130205

 

Emplacement des aimants reportés sur la dérive.

 

P1130203

 

Il ne reste qu’a positionner la dérive avec les clés et les tubes, et la serrer en place (aiguilles dans l’EPP) pour laisser coller les aimants en ayant pris soin de mettre du papier sulfurisé entre ceux ci pour ne pas coller les surfaces des aimants ou de la dérive sur l’aile juste autour.

 

P1130200

 

Bientôt photo de l’ensemble de l’aile démontée avec les dérives.

A ce stade le poids total avec dérives est de 570g.

MaxiSwift : préparation des ailes amovibles

La MaxiSwift fait 1m40 d’envergure, autant dire que c’est encombrant. La transporter facilement est un impératif, donc j’ai souhaité rendre amovibles les ailes du tronçon central, en insérant des clés d’ailes et des tubes de clés.

Voici ce que cela donne.

 

P1130085

 

Pour ceci il faut :

1. insérer les tubes de clés dans la partie centrale et continuer dans cet axe avec la clé, qui pénètre dans l’aile à partir de la section. J’ai fait ces percées avant de séparer les deux sections, avec des tubes alus et laitons au diamètre des tubes de clé et de la clé elle-même.

 

P1130058

 

P1130056

 

P1130059

 

2. Une fois les fourreaux réalisés pour les tubes et clés, penser à percer un autre passage pour le fil de connexion du servo qui devra être branché à chaque montage.

On peut alors séparer le demi tronçon central d’aile. La découpe est effectuée à 10cm du centre sur le bord de fuite. La découpe est perpendiculaire au bord de fuite.

 

P1130088

 

P1130086

 

P1130089

 

3. Collages des clés d’aile et des tubes de clé à la colle polyuréthane.

 

P1130090

 

4. Système d’attache des ailes au tronçon central : j’ai retenu les aimants pour assurer le maintien des ailes. 3 aimants : au bord d’attaque, au centre, au bord de fuite.

Les aimants font 10 ou 12mm de diamètre et 5 ou 6 mm d’épaisseur. La traction requise pour les séparer est de 2,6kg ou 1,6kg.

 

P1130071

 

Préparer les logements des aimants, puis les coller à la colle époxy spécial prévu pour ceux ci. Au préalable penser à dépolir les surfaces de collage des aimants pour une meilleure adhérence. Pour un bon alignement poser les aimants de l’autre partie dessus en insérant un morceau de papier sulfurisé pour ne pas les coller l’un à l’autre.

 

P1130096

 

5. Repérage des logements des aimants sur la face opposée du tronçon : on applique une couleur sur les aimants et on presse fortement après avoir mis en place les clés.

 

P1130077

 

6. Après séchage des aimants dans la demie aile préparer les logements des autres aimants dans le tronçon central puis réajuster les deux parties grâce aux clés. Après avoir vérifié l’ajustage parfait des bords à sec, poser la colle époxy dans les logements et bloquer les deux parties en position finale. Penser à insérer un film alimentaire entre les parties pour ne pas les coller.

 

P1130082

 

Et voilà le résultat final 

MS Composite Maxi Swift : FPV “ready”

Mes essais de vol du HK UAV 168 concluant m’ont fait prendre conscience des impératifs du vol en FPV (avec caméra embarquée et retransmission vidéo). Le HK UAV 168 est assez lourd mais suffisamment motorisé, il nécessite une piste pour décoller et atterrir. La maniabilité est bonne mais sans plus, et la forme large du fuselage peut provoquer des attitudes risquées en virage.

Or le FPV nécessite une grande agilité de vol, sécurité des attitudes, et une mise en œuvre simple, que ce soit pour décoller par un lancé main, ou atterrir un peu partout.

Les ailes delta en EPP répondent bien à ces critères et  il suffit de regarder quelques vidéo sur Youtube de Trappy et l’équipe TeamBlackSheep  pour s’en rendre compte.

 

 

Je n’ai pas la prétention de voler dans les mêmes conditions mais c’est ce vers quoi je veux tendre.

Donc j’ai opté pour une aile. Deux modèles adéquates sont disponibles ; la Zephyr de RiteWing RC ou bien la MS Composite MaxiSwift.

La zephyr est dispo en Australie, trop loin pour moi, la MaxiSwift est distribuée par FlashRc en France.

J’ai opté pour une version neutre, sans déco afin de pouvoir y appliquer mes propres dessins, plus simples.

L’équipement retenu pour ce modèle est le suivant. Il sera validé (ou pas) lors des premiers vols.

 

Moteur HobbyKing  TR35-30A 1700kV (un peu fort pour ce modèle sans doute comme valeur). Il génère 340W théoriques.

 

 

Hélice Cam Folding Prop Graupner 9X6

 

 

Support d’hélice  MP Jet avec Cone (il sera sans doute optionnel pour gagner en poids)

 

 

Contrôleur Turnigy 40A.

 

 

2 servos Hitec 82MG et accus 3S en 2200mA ou 3000 mA selon les besoins et le Centre de Gravité que je trouverai.

L’équipement FPV sera le même que celui du HK UAV 168 que je ré installerai.

Dans les billets suivants je montrerai les étapes de montage et les options retenues car je veux la rendre démontable.