Akhénaton : la vidéo

Voici la vidéo des premiers vols :

Publicités

Construction de l’Akhénaton : épilogue

Pour reprendre l’historique des premières étapes de la construction depuis le 19 décembre 2016 voici la liste des articles qui le décrive : Construction de l’Akhénaton

Ouf … le dernier billet du blog à propos de ce modèle remonte à Janvier; il s’est donc passé 6 mois sans rien faire ??? presque sur ce planeur. La construction a repris au mois de mai pour se terminer en urgence le 11 juillet à 3h du matin, veille du départ pour notre séjour annuel au Cap des Pierres Pouquelées, dans le cotentin, et pour lequel ce planeur avait été acquis initialement. Je surprendrai peu de modélistes en disant qu’on finit toujours un peu en mode urgence … en tout cas une majorité dont je fais partie :-).

Où en étions nous en début d’année, deux photos pour donner une idée : ailes et stab plus dérive finis, fuselage en version « caisse ».

Il restait donc un travail de ponçage important, le montage des commandes, l’entoilage, règlage.

En fait le ponçage du fuselage me faisait reculer, une partie importante de mise en valeur du planeur à la fin pour obtenir une belle ligne. Je vous montre donc les photos de cette étape qui s’est déroulée en plusieurs moments, à partir du mois de mai : il faut être en extérieur et prendre soin que la poussière de balsa soit évacuée, il y en a pas mal !!

 

Comme pour les étapes de ponçage précédentes il faut prendre son temps et enlever juste ce qu’il faut à chaque fois. La difficulté ici repose sur la symétrie à obtenir, et donc tracer des points de repères au stylo aide bien.

L’objectif est d’avoir une forme de fuselage épurée, fine et très en pointe. Il ne faut pas hésiter à entamer les bords du fuselage, il y a une baguette de 10 mm sur chaque angle cela laisse de la place pour bien marquer les arrondis. Voici ce qu’il faut tendre à obtenir selon moi.

Après cette étape vient celle de l’entoilage. Je ne l’ai pas détaillé en photos faute de temps, puisque celui ci a été posé dans les jours qui ont précédés la mise en vol, en mode « faut que je me grouille !! ». Mais le résultat me satisfait, avec un bémol. Compte tenu de la forme du fuselage je conseille de poser une bande d’entoilage sur le dessus et le dessous du fuselage comme pour un bon trainer bien carré. En fait je pensais pouvoir développer la surface en traitant les deux moitiés verticalement … erreur cela fait des plis. J’ai une une face, la première pas terrible, et la seconde bien mieux. Je ne vous présente que le beau coté 🙂 . Les ailes, dérive et profondeur sont entoilées à l’oralight pour mettre en valeur les découpes par transparence et le blanc nacré est de l’oracover. Même blanc utilisé sur le fuselage.

(Mise à jour) Voici le détail des attaches d’ailes sur le fuselage. Pour les premiers vols un sumple scotch a suffi à les tenir en place, j’envisage soit de poser 2 crochets retenus par un élastique dans le fuselage en perçant celui-ci sur le flancs, soit la pose d’aimants de chaque coté sur l’aile et le flanc.

Voici le planeur dans son décor lors du premier vol. La vidéo de maiden flight avec quelques règlages est en cours de réalisation.

Akhenaton 0298 220717

Quelques détails :

Le CG initial est celui recommandé à savoir 85 mm du BA, je l’ai ensuite légèrement reculé en fonction des préférences individuelles, la valeur initiale est OK.

Le poids final, entoilé, équipé  est de 1032 g. Néanmoins le centrage a requis prés de 150 g en plus de la batterie de réception soit un poids total de 1232 g, il faut donc veiller à être le plus léger possible à l’arrière mais sans fragiliser la dérive. Le poids final en vol est tout à fait correct et les qualités de vol n’en sont pas affectées.

Bonne construction.

Journée « Dogfight » à l’AMC 94

Avec un temps superbe ce dimanche 9 avril 2017 nous avons été invités à prendre part à une journée de combat avec les dogfighters.

Ces modèles sont issus des SPADs, concept importé des US, avions simples et rapides à construire avec des matériaux peu coûteux (feuilles de coroplast, gouttière plastique, bois de sapin) : Plans disponibles.

Pour le combat les modèles utilisés sont le « HOR » en version adaptée bois ou le « dogfighter » avec de la gouttière.

Les vols de 5mn sont intenses et il est plus difficile qu’il n’y parait de sectionner la banderole d’un autre concurrent. Par contre les contacts directs sont violents et parfois éliminatoires.

Jordan de l’AMC77 a connu un choc frontal qui lui a fait perdre son aile, le fuselage terminant planté comme un poireau sur la piste. Son adversaire a subi un sort fatal identique.

AMC94 DOGFIGHT 09042017-10

AMC94 DOGFIGHT 09042017-11

WhatsApp Image 2017-04-09 at 15.32.25

Pour ma part après 4 premières manches sans problème, je suis même parvenu à faire 2 coupes de banderoles et voler toute la durée des manches, mais la 5ème a été plus douloureuse et lors d’un contact avec un concurrent son hélice a cassé mon fuselage, de la gouttière donc, et percé mon réservoir. Je me suis posé sans autre casse moteur calé. J’ai pu récupérer le réservoir de Jordan et solidifier le fuselage avec du scotch pour le dernier vol de la journée.

Voici en quelques images un résumé de ce bel après midi bien sympathique auprès des membres de club AMC 94 que nous remercions et en leur disant à bientôt pour une seconde épreuve !

AMC94 DOGFIGHT 09042017-1

Construction de l’Akhénaton 28 Janvier 2017

Pour reprendre l’historique des premières étapes de la construction depuis le 19 décembre voici la liste des articles qui le décrive : Construction de l’Akhénaton

Pour cette reprise nous en étions restés aux ailes, le stab et la dérive, le fuselage étant quasiment fini de monter. Il reste sur celui-ci l’assemblage de la verrière avant de s’atteler à une dernière grosse séance de ponçage. C’est donc la mise en place de la verrière qui vient ci dessous.

Collage des deux flancs de la verrière sur les couples C1 et C2, en ajustant la hauteur pour que les contours épousent parfaitement le berceau sur le fuselage. On installe l’ensemble en place avec des serre joints pour une bonne mise en forme.

Ensuite mise en place du coffrage supérieur qui inclut la partie avant du fuselage, je ferai la découpe une fois le collage fait pour avoir un positionnement parfait. A ce stade le coffrage n’est pas collé, je l’ai bien imbibé d’eau pour qu’il épouse au mieux la forme, pour cela du scotch de peintre permet de serrer celui ci en place. Ensuite après séchage je l’ai découpé au plus prés de sa forme définitive.

Le collage peut alors être réalisé. Encore une fois colle blanche pour moi, un léger ruban de colle est déposé puis étalé sur les surfaces de contact. L’avantage est d’avoir le temps de faire un positionnement précis puis de scotcher à nouveau le temps du séchage.

 

Les vidéos du CAP

Le « CAP » est une période annuelle au cours de laquelle quelques membres de notre club vont faire du vol de pente. A l’occasion du 14 juillet, et du pont selon les années favorable aux congés, durant quelques jours, environ 5 ou 6 en moyenne,  nous allons  sur un cap pour profiter d’un air porteur et de quelques bonnes rigolades.

Les premières années cela se passait au cap blanc nez, à coté de Calais, mais la réserve naturelle qui y a été instaurée à compliqué les possibilités. Depuis 2008 c’est aux cap des Pierres Pouquelées dans le Cotentin que se passent ces moments. Nous en profitons pour faire du camping avec un confort sans prétention mais qui nous convient parfaitement.

Surnommé le « tintin » au sein du groupe je prends photos et vidéos de ces moments que je tente avec mes moyens et mes goûts de mettre en image. Je privilégie les moments de convivialité et de franche rigolade et aussi les vols de nos planeurs, que ce soient de simples ailes en polystyrène lors de combats épiques ou bien des grandes plumes au vol plus harmonieux.

Voici un florilège de ces vacances entre amis depuis 2005 date de ma première participation, je n’étais pas présent les années 2009 et 2012. Vous verrez que la qualité tend à s’améliorer en terme de support les premières vidéos étaient réalisées avec une caméra Sony filmant en 720×576 au format AVI puis je suis passé à un modèle en HD 1080.

CAP 2005

CAP 2007

CAP 2008

CAP 2010

CAP 2011

CAP 2012

CAP 2013

CAP 2014

CAP 2015

CAP 2016

 

Construction de l’Akhénaton 8 Janvier 2017

Les premières étapes de la construction depuis le 19 décembre  :

Ce week end travail sur les volets de dérives, encore du ponçage.

J’ai commencé par coller et sécuriser les tubes de clés des volets, avant et arrière. Pour l’arrière j’ai ajouté des petits renforts de bois afin que le tube soit bien positionné et immobilisé. L’empennage est « imposant » par son volume …

Mais il l’est aussi par les débattements possibles :

Parallèlement à cela j’ai apprêté le fuselage pour coller le fond de celui-ci.

Puis ponçage des volets de dérive pour obtenir le profil le plus propre possible et en deux exemplaires symétriques ….
Le premier avec un élément de comparaison.

Puis les deux ensemble, c’est pas mal je pense.

Ca fait un sacré volet de profondeur …

La vue d’ensemble monté sur le fuselage. Là ça commence à être un planeur.

Construction de l’Akhénaton 7 Janvier 2017

Les premières étapes de la construction depuis le 19 décembre  :

Tout d’abord Bonne année à tous qui lisez ce blog … !!!

bonne-annee-2017

Voilà Noël est passé, du coup un nouveau projet se profile j’en parlerai lorsque le montage débutera  après avoir fini l’Akhénaton.planeur-high-aspect-es-art-hobby

Revenons à l’Akhenaton et à l’avancement de sa construction. Depuis j’ai fini le ponçage des ailes, préparé la tringlerie du fuselage et la pose des servos, collé le fuselage et le dessus du fuselage, préparer la dérive, mis en place les platines pour les servos d’ailerons. Mais regardons cela en images.

Tout d’abord finition des ailes et du ponçage. Les ailerons sont un bon exercice de patience et d’ajustage, à son rythme on y arrive.


La vue d’ensemble commence à être sympa.

Ensuite préparation des tringleries du fuselage. J’ai passé pas mal de temps à bien traité le renvoi de profondeur. En effet celui ci ne sera plus accessible après collage du fuselage. Donc il fallait être sur qu’il n’y ait pas de jeu, pas de point dur, et que le mécanisme soit bien axé. Il faut prendre le temps de faire des montages à blanc.
Les servos retenus pour ces deux commandes sont des Savox 257MG, je ne les connais pas mais le rapport prix/qualité au regard des commentaires que j’ai pu lire me semble prometteur.

Une précision importante : j’avais au départ choisi de monter la commande de dérive sur le flanc gauche en partant de la position avant de la gaine sur le flanc droit : en gros je croisais dans le fuselage en allant de la droite à gauche. Mais voulant une commande rigide avec un jonc de carbone pour une meilleure réponse sans jeu… j’avais un point dur de la commande à la sortie du fuselage. J’ai donc reporté la sortie sur le flanc droit en venant faire aboutir la commande sur le pied de dérive avec un ponçage en creux du flanc comme on le voit ici : akhenaton-0156-050117

Il faut par ailleurs adapté le pied de dérive au passage du renvoi de profondeur. Le débattement prévu est assez imposant, voltigeur il est prévu …, et donc le jonc des volets doit passer au dessus du fuselage. J’ai opté pour une découpe de la partie centrale avec un cutter pour évider celle-ci.

Et du coup il faut aussi prévoir la découpe du dessus du fuselage qui permettra le collage de la dérive sur celui-ci et son maintien. Je verrai plus tard avant collage de celle-ci la pose des renforts en carbone proposés par SilenceModel suite aux premiers vols de ce planeur.

Aprés collage de l’ensemble voici le fonctionnement du renvoi de profondeur :

Je peux donc maintenant coller le fuselage, tout est préparé et ajusté. D’abord je colle les tubes de clés d’aile et de volets de profondeur sur un demi fuselage, à la cyano et accélérateur. Scotch pour maintenir l’ensemble et quelques serre joint de modélisme.

Préparation des servos d’ailerons. Je pensais utiliser les mêmes servos que pour les commandes de profondeur et dérive, les savox 257MG, mais avec 12mm d’épaisseur cela n’allait pas rentrer car je veux une installation que je puisse maintenir donc avec une platine. Sinon en les fixant en place sur une nervure puis en entoilant cela aurait convenu.
Je me suis donc reporté sur des Graupner DES427 BB.
Collage des supports de servos qui vont ensuite être collés à la platine, collage des supports de platine entre les nervures, puis préparation de la platine.

Aprés avoir réalisé le passage de commande dans la platine de servo mise au neutre des servos, rêglage du bras de servos et collage des supports sur la platine.

Puis collage du dos de fuselage.

Et une nouvelle mise en croix un peu plus complète, avec dérive et volets de profondeur.

Construction de l’Akhénaton 28 décembre 2016

Les premières étapes de la construction depuis le 19 décembre  :

Ligne droite finale pour les ailes : ponçage du second saumon, et du premier aileron.
Les ailes ont une forme trés elliptique et donc il faut s’appliquer à donner au saumon une forme qui ne casse pas cette silhouette et ce sera pareil pour les ailerons. Sans doute une des étapes les plus difficiles de cette construction je pense car c’est un travail minutieux. Mais c’est une bonne expérience pour d’autres maquettes à construire ensuite je pense.

Voici ce que cela donne en images donc. Sur la vue intérieur de l’aile il faut penser à poser une baguette de 1,5 mm pour fermer le bord de fuite qui servira à accueillir la charnière de l’aileron.

Après avoir suivi les mêmes étapes que pour le premier les deux saumons sont quasi identiques (il y a toujours de petites différences, les atténuer au maximum bien sur). Les deux ailerons sont prêts à subir le ponçage.

La première étape pour les ailerons consiste à prendre les mesures de la forme à donner. En hachuré ce qui doit être éiminer, je l’ai fait sur les deux extrimités avant et arrière de l’aileron, en position sur l’aile auquel il sera fixé. Ensuite rabot, rabot, rabot … puis poncette, poncette, poncette …

Avec de la patience, compter 45 mn pour arriver à ce résultat (je suis lent ??), voici l’ensemble.

Le profil de l’aileron est nettement plus avantageux qu’à l’origine pour voler

akhenaton-0111-291216

La vue une fois remise en place l’aile sur le fuselage.

Construction de l’Akhénaton 27 décembre 2016

Les premières étapes de la construction depuis le 19 décembre  :

Séance de ponçage avec le premier saumon à mettre en forme. Je suis toujours hésitant à faire cette activité de peur de me louper bien sur.
Mais encore une fois il faut y aller doucement, évaluer chaque geste du rabot puis de la poncette.
Au final un résultat ma foi bien sous tous rapports !!

Le point de départ un saumon de 10 mm d’épaisseur, 2 planchettes de 5 mm contre collées. Je vais copieusement le dégrossir mais prudemment toujours avec le rabot.

Ensuite travail à la poncette, gros grain puis moyen et fin à la main. Voici ce que j’obtiens au bout de 25mn d’effort sur les deux faces.

Au final le saumon est bien effilé, dans l’axe de l’aile, c’était mon inquiétude de le faire de travers soit montant soit descendant.